Petit creux, belle rencontre.

DSC02963s Nous commencions à désespérer de trouver des luthiers de oud à Istanbul. Nous sommes allés interroger différents vendeurs d’instruments mais la plupart nous affirmaient que les ouds étaient fabriqués à Izmir, ou semblaient ne pas comprendre notre démarche.

DSC03008sNous promenant dans le bas du quartier Fatih, rempli de petites boutiques, ateliers et artisans, nous nous sommes arrêtés à la terrasse d’un café pour caler le petit creux de Laurent avec un thé et une pâtisserie, comme tout Turc le matin. En levant la tête, Laurent aperçoit un baglama qui pendouille un peu plus ploin dans la rue. C’est comme ça qu’on a découvert l’atelier d’Ali Nişadır, fabricant de oud, et de son collègue, fabricant de baglama.

Ali nous a accueillis à bras ouverts, partageant son expérience et son talent de luthier. Nous avons passé plusieurs jours dans son atelier, ce qui nous a permis de découvrir qu’il est un luthier très reconnu (sur son mur se trouve une photo de Munir Bachir avec un oud d’Ali) et de croiser de nombreux musiciens. En effet, il y a beaucoup de passage, les musiciens viennent passer un moment, prendre des nouvelles, boire un thé et jouer un peu. DSC02835sC’est ainsi que l’on a rencontré Mehmet Bitmez, grand musicien, professeur au conservatoire d’Istanbul, qui a déjà donné des concerts entre autres en France. Il nous a régalés d’improvisations au oud pendant une après-midi, en toute simplicité et nous a fait visiter le conservatoire. Un vrai gentleman ! Il nous a mis en relation avec Faruk Türunz, autre grand luthier que vous découvrirez plus tard.
Pour en revenir à Ali, il aime son métier et le fait partager. Il réalise en moyenne deux ouds par mois de façon artisanale, qu’il vend à travers le monde (ses ouds peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros).

6 commentaires

  1. Merci pour tous ces beaux moments et belles fêtes de Noël à tous les deux.
    Audrey

  2. super le film sur l’Oud : construction et musique

  3. Encore un grand moment!!! MERCI!

  4. salut
    encore un beau film, un petit regret c’est qu’on ne voie pas la fabrication de la caisse de résonance de l’instrument, qui est formée d’une vingtaine de côtes très fines (plus c’est fin et léger, mieux ça sonne)
    Un autre film qui montre cette étape du travail :
    https://www.youtube.com/watch?v=ThXwKuf_WRQ
    Bises et bon voyage

  5. Magnifique (le travail du bois et la musique) !

Les commentaires sont fermés