Tanaka Takahiro : L’art de faire dans la dentelle

 

Juin 2015, le Japon, pays tant attendu par Laurent pour la finesse dans le travail du bois… Et pourtant, déjà une semaine que nous sommes à Tokyo, et nous ne sommes pas vraiment chanceux dans nos rencontres d’artisans. C’est un peu la désillusion !

Ce matin-là, nous traversons tout Tokyo pour voir l’atelier de M. Tanaka sur les conseils d’un autre artisan, sans grand espoir, car l’auberge où nous logeons a appelé le matin pour vérifier l’adresse et on lui a répondu qu’il n’y avait rien à voir dans l’atelier ! N’ayant plus rien à perdre, on arrive devant l’atelier, c’est fermé… Laurent se décompose… facbookEt puis, un jeune homme arrive, il ouvre, prend notre papier de présentation du projet écrit en japonais, appelle quelqu’un et nous invite à entrer. On se dit qu’il a dû appeler son père que l’on veut rencontrer, mais c’est une jeune femme qui vient, son dictionnaire d’anglais sous le bras. C’est en fait son épouse, qui parle relativement bien anglais, ça nous change des précédents rendez-vous !

Takahiro Tanaka a repris l’atelier de fabrication de kumiko de son père qui est maintenant à la retraite. Les maisons japonaises sont équipées de shoji, portes coulissantes constituées de papier de riz translucide monté sur une trame en bois. Le kumiko est l’art de réaliser la trame, en posant de fins morceaux de bois pour former des motifs. 

On ne construit presque plus aujourd’hui de maisons traditionnelles, cependant les Japonais aiment garder, dans leur maison ou leur appartement moderne, une pièce avec shoji en bois et tatami.

Kumiko_Tanaka (47)Nous sommes impressionnés par les outils de Tanaka, bien sûr les scies japonaises (connues de beaucoup d’ébénistes) mais surtout les rabots (il en possède plusieurs dizaines, avec des tailles et des formes différentes).

 

On vous laisse découvrir ces merveilles :

Et, en quelques clics, vous pouvez même avoir une des oeuvres de Tanaka chez vous grâce au site buyjapanart.com.

2 commentaires

  1. Je suis toujours ébahi de voir ce que les artisans des autres pays, et surtout en Asie, font avec un minimum d’outillage !
    Alors que nous, européens, je parle pour le domaine du tournage sur bois dont je fais partie,avons toujours besoins des dernières nouveautés techniques pour progresser !
    Merci pour vos fantastiques reportages, continuez à nous faire découvrir des merveilles.

  2. Super comme d’hab !

Les commentaires sont fermés