Quand le design s’invite à Channapatna

En choisissant de faire un reportage sur les jouets de Channaptana, nous n’imaginions pas nous retrouver à parler design, collections, cosmétique… C’était sans compter notre rencontre avec Atul Johri, architecte/designer installé là-bas.

Channapatna (16)Channapatna, petite ville du Karnataka, est réputée depuis 200 ans pour ses jouets en bois laqué. Tipu Sultan, roi de Mysore, aurait fait venir des artisans de Perse pour enseigner l’art de fabriquer ces jouets. Deux mille personnes travailleraient aujourd’hui dans ce domaine, le plus souvent dans de tous petits ateliers. Dans les années 2000, la concurrence chinoise et une réorientation des ateliers dans la production plus lucrative de ronds de serviette ont mis a mal cette activité. Quand la demande en ronds de serviette s’est brusquement arrêtée, de nombreux artisans ont quitté le métier. Heureusement, ces dernières années ont vu un renouveau d’intérêt pour ces jouets.

Atul (44)C’est dans ce contexte qu’Atul nous a chaleureusement  accueillis. Il y a dix ans, il s’est passionné pour cet art de la laque. Aujourd’hui encore, il peut en parler pendant des heures (avec un débit plus que rapide) et ne manque jamais de projets pour réaliser ses objets haut de gamme (vases, lampes, bougeoirs…). Installé dans un village d’agriculteurs, il essaye de ne pas se faire remarquer : alors qu’il roule en voiture très modeste, il demande à ses amis urbains et aisés d’éviter de venir le voir en 4*4 en plein jour. Il travaille avec une petite dizaine de tourneurs dont Javid Pacha, avec qui il forme un vrai binôme où l’artisan et le designer se confrontent et se complètent. Nous avons passé deux jours avec eux et nous avons eu la chance d’assister à la fabrication de la laque, les couleurs sont naturelles, pour le jaune par exemple, ils utilisent du curcuma.

Voici un petit aperçu en images de notre séjour là bas :

3 commentaires

  1. Belle histoire et beaux objets. Superbe !

  2. Aïe, pour moi les images ne s’affichent pas ;-( C’est très frustrant 😉

  3. Vous m’ émerveillez toujours en nous montrant ce que font ces artistes avec,disons le, rien.
    Ils travaillent avec une vitesse et une dextérité pour avoir une finition d’objets
    que nous n’arrivons pas à égaler avec nos machines modernes.
    (je suis tourneur)
    Merci encore, pour ces reportages qui nous laissent en position d’humilité admirative !

Les commentaires sont fermés