A la baguette !

24 Juin 2015 – Tokyo.

Comme nous l’avons déjà dit, la rencontre des artisans n’a pas été facile à Tokyo.

baguettes_tokyo-36_sNous savions que le quartier de Sumida était lié à l’histoire manufacturière (pendant toute l’époque Edo, la production artisanale de tuiles, menuiserie, teinture… était florissante, grâce au transport par voie fluviale sur la Sumida). Aujourd’hui, un projet de la ville vise à promouvoir les ateliers de fabrication. C’est comme ça que nous sommes partis dans le quartier, tout confiants avec notre plan indiquant les ateliers (malheureusement en Japonais, seules les photos pouvaient nous informer un peu sur l’objet de l’atelier). C’est un quartier très agréable avec des petites maisons et des ateliers/petites industries un peu partout.

Sur le premier atelier, nous avions vu une chouette en bois, c’était en fait un musée personnel d’objets de tout sorte en bois situé dans un garage (un vieux monsieur ne parlant pas anglais nous fera la visite tout en japonais). Le 2ème atelier était une entreprise d’empaquetage qui possédait une petite exposition en vitrine de vieilles boites en bois (ce que nous avions vu sur la photo)… Le temps d’un tremblement de terre (les murs tremblent devant nous) et nous voici repartis. Pour l’atelier suivant nous pensions trouver des tampons en bois, mais on ne voit que du papier uni en train de sécher… Un peu plus loin, c’est un jeune ébéniste malheureusement absent (dommage car un coup d’oeil jeté à l’intérieur laissait présager de belles choses). Ce n’est toujours pas ça !

baguettes_tokyo-67_sFinalement on poursuit au Nord du quartier chez un Maître de la baguette, M. Katsuhiko Takeda. Un jeune homme nous accueille et nous fait visiter tout l’atelier, enfin une vidéo à faire ! Il nous montre toutes les étapes, répond à l’interview… Ils ont des bois magnifiques : des essences locales comme le prunier, le cerisier ou le frêne mais également des essences rares importées comme l’amourette de Guyane (dont les motifs rappellent la peau de serpent), l’ébène de Macassar, le bocote du Mexique, le bois de santal rouge d’Inde… Leurs baguettes peuvent valoir très chères, plus de 250 € la paire. Ils fabriquent plus de 200 formes de baguettes différentes (chaque personne a ses baguettes préférées, certains clients lui passent parfois des commandes bien précises). La boutique offre un très large panel de baguettes : cela va des baguettes standard à celles adaptées à différentes occasions, cérémonies ou plats.

On vous laisse découvrir le tout en images :

 

4 commentaires

  1. Super ! mais quelles sont les essences de bois utilisées ? Je reste sur ma faim…
    乾杯と幸せな休日!
    Pierre

    • Ben alors Pierre, c’est écrit dans l’article: des essences rares importées comme l’amourette de Guyane (dont les motifs rappellent la peau de serpent), l’ébène de Macassar, le bocote du Mexique, le bois de santal rouge d’Inde…
      Je complète avec des essences locales comme le prunier, le cerisier ou le frêne.

  2. Merci beaucoup pour ce partage. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu le Hors Série N°13 Le Bouvet. C’est passionnant et très enrichissants. Vous avez vécu une magnifique aventure autour du bois et j’imagine que vous continuerez votre quête vers d’autres horizons! C’est avec beaucoup d’intérêts que je continuerai à vous suivre sur cette page et aussi à diffuser à mes amis cette magnifique et très originale aventure.
    Bien Cordialement de Bretagne et Bon copeaux!

    • Bonjour Louis,
      Merci beaucoup pour ce commentaire élogieux et pour avoir lu le Hors-série du Bouvet. Pas d’autres aventures dans l’immédiat mais des idées c’est sûr.

Les commentaires sont fermés